Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 02:09

DECOUVRIR L'HISTOIRE DES ENFANTS DE TROUPE A AUTUN

Pendant l'année scolaire, la flânerie en uniforme des élèves du lycée militaire anime les rues d'Autun. Mais en juillet août, le vieil établissement dont la responsabilité est partagée entre l'Education nationale et l'Armée se trouve quasiment déserté, et donc ouvert avec le concours de l'office du tourisme aux visiteurs du lundi après-midi.

Promenade guidée fort intéressante, qui amène à découvrir l'édification d'un séminaire auquel succéda l'école militaire ce qui explique, dans la cour d'honneur, la présence d'une statue de la Vierge, et au plafond d'un escalier, d'un tableau religieux !

 

lycee-militaire-autun--16-R-copie-1.jpg

 

 

Dans leur sobriété, les bâtiments du XVIIe siècle ne manquent pas d'allure et s'harmonisent avec les construction plus récentes (dont des miroirs de verre) abritant salles de cour et internat. Parmi les curiosités, de beaux escaliers et la galerie entourant la cour intérieure : elle a l'aspect d'un cloître, mais n'a jamais eu de finalité religieuse. Après un coup d'oeil à la place d'armes et aux jardins à la française, cultivant l'art topiaire, il faut visiter le musée national des enfants de troupe dans l'ancienne chapelle dont la crypte est encore très belle. Ce musée évoque non seulement le lycée d'Autun, mais aussi les autres centres militaires français où étaient formés en priorité les enfants de soldats.

lycee-militaire-autun--18-R.jpg

Aujourd'hui nous indiquait un gradé accompagnant la visite, la formation à Autun est exclusivement scolaire, respectant le programme de l'Education nationale : plus de tir et de maniement d'armes, mais par contre les jeunes y reçoivent des éléments de tradition et de culture militaire, ainsi que le culte du Drapeau. Les classes préparatoires sont destinées aux étudiants projetant de fréquenter une grande école militaire.

 

Mes blogs : http://billetschroniqueslactureveleedarnaud.overblog.com/

Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 02:36

Le Morvan à la force du mollet, c'est aussi à pied, au départ d'Autun.

A partir du centre-ville de cette cité patrimoniale, très exactement du Champ de Mars où se situent théâtre, mairie et lycée Bonaparte où étudia le futur Napoléon 1er, il faut d'abord gagner la cathédrale Saint-Lazare (12e siècle) et la proche fontaine de la Renaissance, par les rues d'aspect médiéval bordées de maisons très anciennes dont celle abritant le fameux musée Rolin.

Puis on gagne le faubourg Saint-Blaise en laissant à droite la tour des Ursulines dominant une partie fort bien conservée des remparts à l'extrême sud de la cité.

IMG_0052.jpg

A travers la dense forêt de châtaigniers, le sentier de grande randonnée balisé en rouge et blanc grimpe fort jusqu'à la Croix de la Libération, monument de granite qui à près de 600 mètres d'altitude domine la cité créée par les éduens.

IMG_0057.jpg

De là s'envisage toute l'agglomération, magnifique panorama jusqu'aux Télots, deux modestes terrils aux parois couleur rouille témoignant de l'exploitation des schistes bitumineux jusqu'au milieu du 20e siècle. Plus loin, la ligne bleue des monts du Morvan qui culminent au Haut Folin à 901 mètres d'altitude. A l'est miroite un petit lac, le plan d'eau du Vallon, tout près du cirque romain et du lycée militaire couvert de tuiles vernies, bigarrées à la mode bourguignonne. De la croix de la Libération, on atteint vite par la route macadamisée la montagne Saint-Sébastien, hérissée d'un pylône, puis l'enceinte en pierre du domaine de Montjeu dont le château, invisible, se trouve au cœur d'une propriété close de 700 hectares. Après avoir longé le mur par la gauche, une route forestière passant près de l'étang des Cloix (réserve d'eau potable) permet de gagner le raide sentier de grande randonnée descendant par la cascade de Brisecou et ses rochers d'escalade jusqu'au hameau de Couhard dont la pyramide

IMG_0062.jpg

deux fois millénaire domine le plan d'eau du Vallon, à gagner par un sentier pédestre ombragé. Une variante agréable permet aussi de rejoindre le quartier Saint-Blaise par la rue de la Cascade et le chemin de la Mine qui longeant un clair ruisseau offre de très belles vues sur le quartier de la cathédrale. Il est également possible de couper directement vers la ville pour aller visiter, au lycée militaire, le musée des Enfants de Troupe

Pour ne point se perdre, l'idéal est de se munir des cartes détaillées, au 1 : 25 000, de l'IGN ainsi que le plan de ville proposé par l'Office du Tourisme

 

Mes blogs : http://billetschroniqueslactureveleedarnaud.overblog.com/

http://labourgognereveleedarnaud.over-blog.com/

http://www.dominique-arnaud-le-mexique-revele.com/

Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 05:55

Le Morvan n'est pas constitué de hautes montagnes mais de profonds vallons, séparant des crêtes douces dépassant souvent 600 mètres d'altitude et atteignant les 900 mètres au Haut Folin

autunmargotbrisecouuchonlac--15-.jpg

Il y a donc peu d'occasions de pratiquer un véritable alpinisme. Cependant, il est de belles écoles d'escalade comme celle proche de la cascade de Brisecou à Autun. Les adeptes de la grimpette peuvent s'en donner à cœur joie sur plusieurs parois équipées d'anneaux ce qui évite de planter de nouveaux pitons pour s'assurer. Une amie sportive a particulièrement apprécié le fait que certaines voies sont non seulement baptisées avec humour, mais qu'elles portent de surcroît les indications utiles sur leur niveau de difficulté, sur l'échelle couramment utilisée par les alpinistes, des niveaux 4 à 6.

autunmargotbrisecouuchonlac--13-.jpg

De surcroît, le coin est vraiment charmant, à l'ombre des arbres, près des rochers moussus et du ruisseau dont le gazouillis contribue à la détente des promeneurs.

Hélas, tout récemment, des abrutis sont venus casser des bouteilles dans le site, laissant parmi les feuilles mortes de nombreux tessons. J'aurais aimé les surprendre lors de leur mauvaise action pour leur enseigner, une bonne fois pour tous, le savoir-vivre!

Mes blogs : http://billetschroniqueslactureveleedarnaud.overblog.com/

http://labourgognereveleedarnaud.over-blog.com/

http://www.dominique-arnaud-le-mexique-revele.com/

Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 03:12

Le Morvan à la force des mollets

 

En haut Morvan, il y a les balades des lacs, et celles des cimes, certes modestes, mais que le cycliste doit conquérir à la force de ses mollets.

vers-haut-folin--4-FRR.jpg

Dans la descente du Haut Folin

 Dépassant les 900 mètres d'altitude, le Haut-Folin est un mont tout rond qu'on atteint après 600 mètres de dénivelée par des routes enchanteresses dont les photos donnent une idée.

vers-haut-folinR.jpg

De Bussy vers Anost

Cette fois, j'avais choisi un nouvel itinéraire au départ d'Autun, enpruntant la route forestière de Glenne, pas si facile, mais admirable, redescendant sur Arleuf pour y dévorer   un croissant puis au lieu de rentrer directement à Autun, tournant vers Bussy afin de savourer une baignade bien méritée à l'étang d'Anost. Après ce bourg charmant, terre des galvachers, ça descend quasiment tout le temps : rien que du bonheur !

Mes blogs : http://billetschroniqueslactureveleedarnaud.overblog.com/

http://labourgognereveleedarnaud.over-blog.com/

http://www.dominique-arnaud-le-mexique-revele.com/

Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 17:34

 

ETANG DE SOMMANT : ON S' Y BAIGNE ET L' ASTICOT AUSSI !

Il est des lieux si agréable que l'on n'a pas trop envie d'évoquer de peur de nuire à leur tranquillité. Je m'y risque quand même en ce qui concerne l'étang de Sommant puisqu'un article dans le Journal de Saône-et-Loire n'a pas provoqué un afflux excessif de visiteurs... Ce blog ne devrait pas faire pire...

etang-sommantR.jpg


De petites dimensions, le plan d'eau de Valogne, situé de manière idyllique entre prés et forêt à l'écart du village est aisé d'accès et doté de parkings. Faisant 270 mètres de longueur et 100 mètres de largeur au maximum le long de la digue, l'étang est entouré d'un sentier proche des berges herbues que se partagent en bonne intelligence les pêcheurs (qui paient à la journée ou à la semaine à l'horodateur situé près de la mairie) et les baigneurs (de soleil ou aquatiques) pour lesquels l'accès est gratuit. Mais leur sont recommandées la propreté (ne laissez nul déchet) et la prudence car certaines zones sont assez profondes et il n'y a aucune surveillance, ce que précise un panneau. De surcroît, la visibilité n'est pas très bonne. Si l'eau semble de bonne qualité car après y avoir nagé plusieurs fois je me porte comme un charme, il est possible d'en ressortir la peau gluante, phénomène dû par endroit à des algues. Par contre, chacun appréciera, au mois d'août, et sans doute bien avant, de se baigner dans particulièrement tiède.

etang-sommant--2-R.jpg

Ici les enfants s'en donnent à cœur joie, et les cris de plaisir sont tout autant en néerlandais qu'en français, ce qui n'étonnera pas les habitués du Morvan habitués à ce voisinage nordique le plus souvent sympathique.

Quant aux pêcheurs, ils prennent un vif plaisir à tenter les poissons blancs, les carnassiers et les carpes qu'ils remettent à l'eau selon le principe du no-kill qui épargne les plus belles pièces.

Mes blogs : http://billetschroniqueslactureveleedarnaud.overblog.com/

Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 17:14

A VELO VERS LES PLAGES DU MORVAN, AU LAC DES SETTONS

Cette balade cycliste en haut Morvan est à conseiller à qui, aimant gravir des côtes, apprécie le calme des petites routes forestières où l'on peut rouler une demi-heure sans voir une voiture. Occasion d'admirer la magnifique couverture sylvestre du Morvan, en espérant qu'elle sera respectée dans l'avenir, et surtout replantée, car des coupes très importantes sont déjà programmées, nombre de résineux arrivant à la maturité, et donc à l'âge de leur exploitation.

lac-settons-velo--5-Rr.jpg

Ce matin (25 juillet) je suis donc parti d'Autun vers Anost, route très agréable à partir de la Celle-en-Morvan dont il ne faut pas manquer d'admirer la roseraie, près de la mairie.

L'itinéraire devient vraiment tranquille à partir de la Petite Verrière, direction Cussy en Morvan, dont le centre du bourg, un vrai village « alpestre » s'étageant de 365 à 720 mètres d'altitude, est rendu accueillant par son auberge fleurie où j'ai savouré mon petit-déjeuner. Indispensable avant d'attaquer la « montagne ».

lac-settons-plage--4-Rr.jpg

La route ombragée continue à monter vers Gien-sur-Cure » jusqu'à un col situé à 698 mètres d'altitude, puis redescend vers son église romane et vers le lac des Settons dont l'abord par la rive droite est enchanteur, la berge en pente douce étant magnifiquement ombragée. Le plan d'eau est situé à 586 mètres. Arrêtée par un barrage de granite, l'eau de la Cure (claire rivière) a été ainsi retenue pour favoriser en régulant le cours de l'Yonne le flottage du bois vers Paris, pratique ancestrale qui a disparu il y a près d'un siècle. Je n'ai pas fait le tour du lac, qui m'aurait demandé une petite heure de plus mais permis de revoir toutes les installations nautiques et touristiques.

lac-settons-plage--2-Rr.jpg

Après m'être alimenté, j'ai donc rebroussé chemin pour rentrer en la capitale éduenne par le village de l'Huis Prunelle dont la tour culmine à plus de 700 mètres. Il faut savoir que le nom de Huis donné à de nombreux hameaux est typiquement morvandiau. De là, une erreur d'itinéraire m'a ramené à Gien-sur-Cure alors que je souhaitait passer directement par Anost, la cité des galvachers : occasion, dans des paysages toujours aussi densément sylvestres, de passer admirer le beau château de Ménessaire, enclave de Côte d'Or en haut Morvan, puis de descendre vers Chissey-en-Morvan qui s'enorgueillit de posséder plusieurs châteaux dont un manoir du XIIe siècle. Pour rejoindre Autun, la route la plus agréable emprunte la vallée du Ternin par Sommant et les Guyards si vous souhaitez gravir encore une petite côte, ce qui, perso, me plaît toujours.

Bilan de cette matinée à rouler, 85 km et environ 600 mètres de dénivelée positive, mais surtout un ravissement permanent quand on aime randonner seul en pleine nature.

Seul bémol : le gravillonnage des routes, moyen économique de les entretenir, mais danger permanent pour la circulation et notamment pour les deux-roues. A croire que les services (in)compétents ont passé un contrat avec les réparateurs de pare-brise...

 

Dominique Arnaud. Blogs :
Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 05:05

GERMOLLES, palais princier des ducs de Bourgogne

germolles-chateauR.jpg


L'entrée très médiévale de la maison forte

 

Germolles représente une merveille bourguignonne incontournable. Bien que ce château soit relativement modeste au pied de vignobles prestigieux, il se glorifie du titre « d'unique palais princier des ducs de Bourgogne ».

germolles-chateau--8-R.jpg

Il s'agit d'une maison forte, solidement implantée dans la vallée, dont la visite passionnante est guidée par l'un des propriétaires, lequel fait passer admirablement le message de son attachement à la demeure princière.

germolles-chateau--3-R.jpg


Au rez-de-chaussée, les cuisines. Au premier étage les appartements ducaux et au second étage le logement de la cour.

Cette belle résidence constitue un témoin rare et donc précieux de la fin du XIVe siècle en Bourgogne. De surcroît, elle offre l'opportunité de s'intéresser à l'importance politique du duché, dont l'étendue des Pays-Bas à la Franche-Comté contrariait fort le roi de France.

germolles-chateau--7-R.jpg  

La clef de voûte reste romane

La visite est l'occasion comme à Cormatin, un peu plus au sud, de mieux appréhender la vie seigneuriale de l'époque. Le couple ducal voyageait beaucoup, se rendant avec une suite importante d'une résidence à l'autre, avec armes et monceau de bagages, et se montrant soucieux d'embellir les propriétés qu'il aimait.

Germolles fut donc acquis par le duc Philippe le Hardi, frère du roi Charles V, pour l'offrir à son épouse Marguerite de Flandre qui avec son architecte et les artistes qui lui étaient dévoués, lui donna tout le luxe souhaitable pour bien accueillir la cour, et même le roi en personne. L'aile principale qui subsiste comprend au rez-de-chaussée des cuisines qui étaient très importantes, car devant parfois nourrir des centaines de personnes. Le premier étage, le plus noble, comprend les appartements de Marguerite de Flandre, de Marguerite de Bavière, sa belle-fille, que la duchesse préparait à son destin futur, et de Philippe Le Hardi. Le plus original consiste en la bonne conservation des peintures murales du XIVe représentant les initiales des époux ainsi que les chardons riches de symboles, notamment celui de l'attachement.

germolles-chateau--6-R.jpg

Le magnifique cellier associe le roman et le gothique

 


Le fleurissement des initiales révèle, chez le duc, son inclination à l'amour courtois. Quant au second étage il abritait, tel un vaste gîte de groupe, toute la cour qui suivait les pérégrinations ducales, et contribuait aussi à leur organisation complexe.

 

Dominique Arnaud. Blogs :

Si les grands nobles n'épousaient pas les bergères, préférant les alliances territoriales, par contre maîtres de Germolles rêvaient en comptant les moutons puis qu'ils se montraient très attachés à leur bergerie, au point de se faire représenter parmi un peuple bêlant. Mais la laine était aussi une source de richesse.

C'est en début de visite que l'on s'intéresse aux parties les plus anciennes, l'immense cellier voûté du XIIIe où s'harmonisent le roman et le gothique, et les deux chapelles superposées, la plus haute étant le lieu de recueillement privé de la pieuse duchesse.

Les jardins, où abondent les essences rares, évoquent la roseraie de Marguerite. La basse-cour, dont les constructions sont bien conservées, permet également d'imaginer la vie à une l'époque sans doute troublée mais où il pouvait faire bon vivre en ce pays. Un terroir riant à découvrir en flânant dans la vallée des Vaux avant d'aller goûter aux premiers crus de Mercurey, dont les caveaux sont eux-aussi, incontournables.

Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 05:24

AUTUN, SI PROCHES LE ROMAIN DU ROMAN !

A la porte du Morvan, la ville d'Autun, une des perles de la Bourgogne du sud, possède des monuments de toutes les époques historiques.

autun-cathedrale-arroux-R.jpg

Les touristes s'y intéressent particulièrement à la cathédrale romane, où sont à admirer nombre de sculptures d'époques, tympan célèbre et chapiteaux, et de beaux vestiges romains, par exemple la porte dite d'Arroux, du nom de la rivière, non loin du temple de Janus.

Ce préliminaire est seulement pour présenter une photo, celle de la cathédrale qui découpe sa flèche sur la forêt, avec en premier plan la porte d'Arroux, pourtant distante de près de deux kilomètres : cet effet de rapprochement est dû au téléobjectif ayant servi à la prise de vue, mais il fallait également être là au bon moment, quand la lumière capricieuse favorisait cette image. 

 

Dominique Arnaud. Blogs à visiter :
Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 16:52

DU MONT SAINT-VINCENT, DESCENDONS AU CHATEAU DE CORMATIN

Le bon côté d'un été quelque peu humide, c'est de nous offrir en Bourgogne des paysages particulièrement verdoyants, par exemple du village perché de Mont-Saint-Vincent qui à plus de 600 mètres d'altitude est un des lieux habités les plus hauts de Saône-et-Loire.

mont-saint-vincent--2-R.jpg

Le panorama est immense vers des collines qui ondulent à perte de vue, car nous sommes sur la ligne de partage des eaux entre la Loire et la Saône. Les ruelles étroites et les vieilles maisons donnent à ce petit bourg très calme un air médiéval que renforce le spectacle offert par son église, ancien sanctuaire d'un prieuré clunisien et qui présente quelques intéressantes sculptures. On recherchera les beaux points de vue, tant du cimetière dont quelques tombes sont anciennes, que du belvédère situé à proximité de l'antenne de télévision. Ici, c'est vraiment un point culminant.

Le beau château de Cormatin

 

chateau-de-cormatin--20-RR.jpg

Le contraste est grand quand on redescend dans la vallée vers Cormatin, village riant situé à 200 mètres d'altitude, et où l'atmosphère subitement semble beaucoup plus douce. Tout le luxe qu'on y découvre n'avait, il y a près de 4 siècles, que l' objectif d'en mettre plein la vue aux illustres visiteurs. C'est très manifeste bien que le grand salon soit également agencé pour le confort des résidents, dans cet authentique château du XVIIe siècle construit par la famille du Blé. Sur les fondations de l'ancien château fort, ces nobles avaient établi à grands frais une résidence nous révélant aujourd'hui l'art de vivre des puissants de ce monde sous Louis XIII. A la feuille d'or et à la peinture précieuse à base de lapis lazuli, ce qui évoque le style baroque, les appartements sont davantage que décorés :

chateau-de-cormatin--16-R.jpg

ils sont pour notre ravissement littéralement surchargés de symboles par le truchement de motifs divers, de sculptures, de peintures, particulièrement dans la chambre de Madame la Marquise qui n'avait rien d'un lieu privé puisqu'elle y recevait ses invités, ne conservant, pour son intimité, que son cabinet équipé, quand le besoin s'en faisait ressentir, de sa chaise percée et de sa baignoire, rangés ordinairement dans la garde-robe. Finalement genre de fourre-tout où le personnel mettait aussi de la vaisselle...

Tous les effluents, précise le guide, étaient déversés dans les douves, ce qui démontre que si le souci de l'hygiène corporelle subsistait à l'époque, par contre l'assainissement des eaux usées n'était pas une préoccupation première. Où alors c'était avant la lettre la méthode du lagunage fort employée aujourd'hui pour des raisons écologiques dans les villages.

Dominique Arnaud. Blogs :

Deux parties du château d'origine manquent aujourd'hui : le rempart qui fut abattu en signe d'allégeance au roi, et l'aile qui s'écroula quand pour la transformer en fabrique, au XIXe siècle, on en abattit bêtement un mur porteur. Ce qui ouvre encore davantage la cour – encadrée des deux ailes subsistant - sur les magnifiques jardins, égayés de pièces d'eau et d'un labyrinthe, qui révèlent un goût prononcé pour l'art topiaire.

On retiendra enfin que l'accueil au château est très cordial, qu'il est permis de se promener longuement dans les jardins à la française dont les allées sont d'herbe fraîchement tondue, et que la terrasse du salon de thé, dans les communs, permet de se rafraîchir en un lieu vraiment privilégié.

 

 

Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 16:38

J'avouerai que j'ai hésité avant de mettre cet article sur ce blog, car il aurait plus trouvé sa place dans celui consacré à "l'actu révélée".

Mais puisque nous sommes en Bourgogne, je choisis finalement cette page, espérant de ne choquer personne.

ADAM ET EVE NUS AU BORD DU LAC : UN PECHE PLUS VENIEL QU'ORIGINEL

A notre époque d'insécurité croissante, la Maréchaussée n'a-t-elle rien d'autre à faire que de renouer avec le film « Le Gendarme de Saint-Tropez » en pourchassant les nudistes ?

lac-brandonMONTAGE.jpg

Cette image est un montage, mais ne cherchez pas Adam, il nage sous l'eau limpide

de ce beau lac bourguignon du reste interdit à la baignade...

C'est ce qui s'est produit récemment à Varennes-les-Macon où deux hommes ont été interpellés parce qu'ils pratiquaient le bronzage intégral au bord d'un plan d'eau sans l'assortir de nulle autre pratique répréhensible et en un lieu relativement discret, ce qui existe aussi au bord de la mer sur des plages non spécifiquement naturistes. L'un d'eux d'ailleurs a manifesté son incompréhension, trouvant son attitude normale, alors que la France, le sait-on ? est le pays numéro un du naturisme en Europe, ce qui nous attire du reste pas mal d'étrangers qui contribuent grandement à l'économie française et à la réduction des déficits.

L'arrestation de gens qui se contentent de bronzer est d'autant plus choquante qu'actuellement la loi est assez floue dans la mesure où selon la cour d'appel de Douai la simple nudité sans attitude provocante ou obscène ne constitue pas un délit d'outrage public à la pudeur et que seule l'exhibition sexuelle tombe sous le coup de la loi pénale.

Voir l'ensemble de mes blogs :

 

 http://billetschroniqueslactureveleedarnaud.overblog.com/

Nul n'échappe plus aujourd'hui, grâce aux différents médias, dont bien sûr Internet, au spectacle de la nudité : cinéma, publicité, œuvres d'art voire tout simplement reportages à la télévision. Et l'on continuerait à réprimer une personne non exhibitionniste mais qui ayant trouvé un coin tranquille au bord de l'eau, loin de la route, prendrait plaisir à se baigner sans maillot ? Ce qui, l'auteur de ces lignes vous le confesse, verbe bien adapté,  est bien plus agréable que de garder sa culotte pour pratiquer la natation et capter quelques rayons de Phébus qui n'en rougit pas pour autant.

Serait-il donc répréhensible, même si on a gardé un maillot pour nager, mais qu'on ne dispose pas de serviette, de se changer rapidement pour éviter de rester mouillé. Il suffira, à ce moment-là, d'être guetté par un représentant de la loi planqué dans les buissons proches pour être assimilé à un détraqué.

Ne serait-il pas grand temps de pondre une loi dépénalisant totalement la nudité, à condition toutefois que celle-ci ne soit pas assortie d'attitudes équivoques ou à connotations délibérément sexuelles ?

C'est ce que demandent justement les naturistes, et c'est ce qui serait souhaitable en Bourgogne, pays du bien vivre et où, au bord de nombreux lacs quasiment déserts, la tenue d’Ève et d'Adam n'est pas forcément une atteinte aux bonnes mœurs.

Qu'en pensez-vous ?

 

Repost 0
Published by labourgognereveleedarnaud
commenter cet article

Présentation

  • : La Bourgogne révélée d'Arnaud
  • La Bourgogne révélée d'Arnaud
  • : Auteur d'un blog sur le "Mexique révélé" mais aimant aussi la Bourgogne, région tellement française, il me fallait bien créer une page particulière à propos du paradis des gastronomes, des amoureux de la nature et du patrimoine. L'ancien journaliste que je suis trouve là le moyen de renouer avec ses anciennes rubriques. Dominique Arnaud
  • Contact

Recherche